Rubriques

>> Toutes les rubriques <<
· ACCUEIL (1)
· ARTICLES DIVERS (2)
· BIEN ETRE ET SANTE : Les aninaux (3)
· BIEN ETRE ET SANTE : Les chats (3)
· BIEN ETRE ET SANTE : Les chiens (4)
· BIEN-ETRE DE SANTE : Généralités (1)
· IMAGES : ANIMAUX MYTHIQUES ET DIVERS (3)
· IMAGES : CHATS EN GIF (75)
· IMAGES : CHIENS (1)
· IMAGES : FAUVES (7)
· IMAGES : LOUPS (54)
· IMAGES : OISEAUX (0)
· LES INSECTES (1)
· LES LOUPS (7)
· LES MALADIES DES ANIMAUX (1)
· LES OISEAUX (8)
· LES POESIES ET LES ANIMAUX (7)
· NOS ANIMAUX (9)
· PROTECTION DES ANIMAUX (43)
· VIDEOS ANIMAUX (15)

Rechercher
Derniers commentaires Articles les plus lus

· Le Merle - Théophile Gautier
· BIENVENUE
· Chats en gif 073
· Les loups : Mythes et légendes
· TARTRE ET GINGIVITE CHEZ LE CHIEN

· Dame Souris - Paul Verlaine
· Les Papillons - Gérard de Nerval
· LES ANIMAUX MYTHIQUES : Le Cheval
· PETITION CONTRE LES TESTS SUR LES ANIMAUX
· Les Loups : La vie de famille
· Le Chat et l'Oiseau - Jacques Prévert
· Les sans abri du peuple des chats
· OTACARIOSE (MITES D'OREILLES)
· CHEVAUX CAMARGUAIS
· LES GASTRO-ENTERITES CHEZ LES ANIMAUX

Voir plus 

Abonnement au blog
Recevez les actualités de mon blog gratuitement :


Blogs et sites préférés

· chantouvivelavie
· hestia-infos
· hestia
· chezhestia
· LE FORUM D'IRIS
· ESPACE CREATIF
· LE PETIT MONDE DE SIDONIE
· LES ETOILES DE LA GALAXIE


Statistiques

Date de création : 19.08.2011
Dernière mise à jour : 13.03.2012
246articles


VIDEO : Poussins industriels

Publié le 24/09/2011 à 21:48 par hestia3



LES VITAMINES

Publié le 19/09/2011 à 23:16 par hestia3
LES VITAMINES




Une vitamine est une substance indispensable à l’organisme, car il ne peut la synthétiser en quantité suffisante pour son fonctionnement normal.
Une vitamine n’a donc pas de rôle énergétique ou structural propre. Elle n’appartient pas une catégorie précise (comme les glucides, protides ou les lipides). Elle se définit par son caractère de fourniture obligatoire par l’alimentation quotidienne.

Les vitamines contrôlent le fonctionnement de très nombreuses réactions physiologiques, sources d’enzymes, d’hormones, de production d’énergie pour le métabolisme.

Elles sont dénommées par des lettres et sont classées en 2 groupes selon leur capacité à se mélanger dans de l’eau ou non :

- les vitamines hydrosolubles (groupe B, C, H, PP…) existant sous forme active dans tous les aliments.

- les vitamines liposolubles (A, D, E, K) qui existent dans l’alimentation à l’état de précurseurs appelés « provitamines » dans les tissus animaux (sauf la vitamine E). Elles sont absorbées au niveau du duodénum avec les lipides, dans la lymphe vers le foie.

Ces substances sont toutes fragiles et sont facilement détruites avec le temps par la température, l’oxydation, etc.…

En pratique, les hypervitaminoses sont plus fréquentes que les carences, car les supplémentations sont faites abusivement dés qu’un trouble sans origine diagnostiquée apparaît et car tous les aliments industriels sont bien complets de ce point de vue.
Les fabricants anticipent en effet bien les pertes dans le temps et garantissent l’apport minimal jusqu’à la fin de la date de péremption de leurs boîtes ou leurs croquettes.

LA VITAMINE A (ou rétinol) :


Elle joue un rôle dans l’adaptation de la vision à l’obscurité, au renouvellement du pelage et des cellules de la peau, à la synthèse de certaines hormones et des protéines.

On la trouve telle quelle dans le foie, les poissons, les viandes, les produits laitiers, les oeufs et, son précurseur (bêta carotène) dans les légumes et les fruits. Absorbée par l’intestin grêle, elle est stockée au niveau du foie.
A noter que le chat ne sait pas convertir les bêta carotènes en vitamine A : il a donc besoin des apports directs des sources animales.

Les carences se traduiront ainsi par des troubles de la vision (crainte de la lumière, mauvaise vision nocturne, jusqu’à la cécité), un poil terne et une peau sèche, des anomalies de reproduction, une plus grande sensibilité aux infections (notamment pulmonaires).
Les excès ne sont pas rares si on donne par exemple beaucoup de foie cru à un chat : les os de ses vertèbres se soudent et l’animal peut se retrouver complètement rigidifié. Dans les cas graves, on constate perte de poids et d’appétit.

A noter que des ingestions excessives de carotène ne provoqueront pas d’intoxication à la vitamine A.

LES VITAMINES B :

Ce groupe rassemble plusieurs vitamines : B1, B2, B6, B9, B12 qu’on trouve essentiellement dans les levures et les germes de blé. Les effets éventuels des excès ne sont pas connus. Vitamines très impliquées dans les cellules à développement rapide, les carences produisent en général les mêmes problèmes : problèmes cutanés, digestifs, nerveux. Les besoins sont en général minimes car la plupart sont synthétisées par les bactéries intestinales.

La vitamine B1 (thiamine), première vitamine historiquement connue (béri béri chez les mangeurs de riz en chine), est impliquée dans les réactions qui produisent de l’énergie et dans l’influx nerveux.
Absorbée par l’intestin grêle, elle se concentre dans le coeur, le foie, le rein, le cerveau. Les carences se manifestent par de la perte d’appétit et de poids, fatigue, des troubles de la marche et de la vision, une faiblesse musculaire, une flexion paralytique du cou chez le chat, des troubles cardiaques chez le chien. L’ingestion
excessive de poisson cru inactive la thiamine.

La vitamine B2 (riboflavine) est impliquée dans les réactions de production d’énergie à partir des graisses et dans les cellules, l’utilisation des acides aminés. Elle intervient dans prés que 50 réactions enzymatiques de l’organisme. Produite par les bactéries intestinales, on la trouve aussi dans les fromages et les oeufs.

Les carences, rares chez le chien et le chat, provoquent une peau sèche, avec des squames et des rougeurs, une faiblesse musculaire, des inflammations des paupières, de la langue, une fertilité réduite…

La vitamine B6 (pyridoxine) intervient dans la synthèse de l’hémoglobine et l’utilisation des grands nutriments. La carence provoque une grande faiblesse musculaire des anémies, des lésions rénales irréversibles (calculs urinaires chez le chat) et des convulsions.

La vitamine B9 (folates) est impliquée dans la synthèse de l’ADN et des globules rouges.

Les légumes verts et le foie en sont riches. La carence provoque des anémies et des déficits immunitaires (baisse des globules blancs)

La vitamine B12 (cyan cobalamine) intègre un minéral: le cobalt. Elle intervient dans la synthèse des protéines et la production de globules rouges. On ne la trouve que dans les produits animaux (abats, viandes, poissons).
Les carences sont provoquées par le vieillissement, le régime végétarien, les maladies du tube digestif et correspondent à des anémies. Cette vitamine est la seule de ce groupe à être stockée dans le corps.

LA VITAMINE C (ou acide ascorbique) :

Contrairement à l’homme, le chien et le chat peuvent synthétiser la vitamine C (dans le foie à partir du glucose). Ce n’est donc pas une vraie vitamine pour nos compagnons.

Elle joue un rôle dans la protection des cellules contre le stress, dans le métabolisme du fer et dans les réactions immunitaires. Elle est donc intéressante chez les animaux vieillissants, les efforts stressants, les dégénérescences et maladies diverses.

Un défaut de supplémentation chez les animaux concernés par ces états provoquent retards de cicatrisation, anémie, rachitisme, hémorragie, sensibilité accrue aux maladies.

On trouve cette vitamine dans les fruits, agrumes et baies. Absorbée par l’intestin grêle, elle doit être tran formée par le foie puis le rein pour être active.

LA VITAMINE D (ou calciférol) :

Elle joue un rôle dans la production, le stockage et l’élimination du calcium et du phosphore, dans l’absorption intestinale de ces minéraux, la fixation du calcium dans l’os et la réduction de l’élimination urinaire du phosphore.

On la trouve dans les huiles de foie de poisson, les poissons gras (sardines, thons), le lait, le jaune d’oeuf. Elle n’est pas présente dans la viande ou les végétaux. Absorbée par l’intestin grêle, elle doit être transformée par le foie puis le rein pour être active.

Contrairement à l’homme, le chien et le chat ne synthétiser que de façon très limitée la vitamine D à partir de la peau grâce aux rayons solaires.

Les carences sont aujourd’hui rares : c’est le rachitisme et la maladie des os mous chez le jeune (petite taille, déformation du thorax, dents de lait persistantes, douleurs osseuses et articulaires, fissures osseuses).
Les excès ne sont pas rares si on donne par exemple à des chiots des doses destinés à des enfants : une goutte de certains compléments suffisent à satisfaire les besoins d’un jeune d’une tonne de poids (ce qui est rare… !).
Ces excès se traduisent par des calcifications au niveau des reins, poumons, vaisseaux sanguins etc... perte de poids et d’appétit, diarrhée et mort !

En bref, les excès sont très dangereux !

LES VITAMINES E (ou tocophérols) :

Elles jouent un rôle dans la protection des membranes des cellules contre l’oxydation et l’amélioration des défenses immunitaires, c'est-à-dire toutes les maladies liées au vieillissement (dégénérescences cérébrales, maladies cardio-vasculaires, cataractes…), au stress (sport, pollution).

On la trouve dans les graisses végétales, les germes des céréales, et dans une certaine mesure le foie, le beurre et les oeufs. Absorbée par l’intestin grêle, elle est stockée dans le tissu adipeux, le foie et les muscles.

Les carences se manifestent par des anomalies de la reproduction, des maladies des muscles, une inflammation généralisée du tissu adipeux, une atrophie de la rétine. Les excès sont sans conséquence car cette vitamine n’est pas absolument pas toxique.

LES VITAMINES K (ou coumarol) :

Indispensable au fonctionnement de certaines enzymes, ce groupe de vitamines joue un rôle essentiel dans la coagulation sanguine et dans les protéines permettant de fixer le calcium dans les os.

On la trouve dans les viandes et les légumes (chou persil, épinard). Absorbée par l’intestin grêle, elle est stockée dans le foie. Certaines bactéries intestinales peuvent en produire.

Les besoins ne sont par conséquent pas très importants.

Les carences se manifestent toutefois par des hémorragies cutanées, nasales, digestives, cérébrales. Les excès n’ont jamais été répertoriés. La vitamine K est souvent administrée en comprimés, en préparation des interventions chirurgicales pour limiter les risques d’hémorragie.

LA VITAMINE H (ou biotine) :

Certains la classent en vitamine B8. On la trouve dans les abats, les levures et les oeufs cuits (le blanc d’oeuf cru contient une substance qui l’inactive). La carence provoque des pertes de poils, une sécheresse de la peau, de la bouche et des yeux, chez le chat en particulier. Elle intervient aussi dans le fonctionnement du système nerveux. Son déficit peut ainsi provoquer une paralysie postérieure.

LA VITAMINE PP (ou niacine) :

Certains la classent dans le groupe des vitamines B (B3). En pratique, elle contribue à la santé de la peau et du pelage. Elle intervient à la production d’énergie provenant des glucides, lipides et protides.

Elle peut être synthétisée à partir du tryptophane (un acide aminé) chez le chat. On la trouve dans les viandes, poissons, céréales et champignons.

Les carences (mortelles) se manifestent par une langue noire avec des ulcères, des diarrhées hémorragiques et anémiantes, l’émaciation. Le chat y est particulièrement sensible. Les excès provoquent la dilatation des vaisseaux sanguins, des démangeaisons et brûlures de la peau.

LA CHOLINE :

Cette vitamine (que certains regroupent avec les vitamines B) intervient dans la transmission de l’influx nerveux, la composition des membranes des cellules et la circulation des lipides. Les carences provoquent un retard de croissance, une surcharge graisseuse du foie et une dégénérescence hémorragique du rein. Il ne s’agit pas au sens strict d’une vitamine car elle peut être synthétisée par le foie et la supplémentation peut être modulée en fonction des apports en méthionine, en folates ou en vit B12.


Source : http://www.husse.fr

LES MALADIES CONTAGIEUSES DU CHIEN

Publié le 19/09/2011 à 23:07 par hestia3
LES MALADIES CONTAGIEUSES DU CHIEN







La maladie de Carré:

C'est une maladie contagieuse très grave qui touche des animaux de tous âges. Elle entraîne la mort ou des séquelles nerveuses irréversibles.

 

Elle se manifeste par des symptômes très divers, allant d'une diarrhée à une toux ; elle provoque de la fièvre, des atteintes respiratoires (rhinites ou broncho-pneumonie), digestives (gastro-entérite), oculaires, cutanées ou nerveuses, dont l'évolution est très souvent mortelle.

 

Si le chien est vendu en période d'incubation (c'est-à-dire qu'il est porteur du virus, mais ne présente pas encore de symptôme), il est impossible de détecter la maladie.

En vice rédhibitoire ; pour pouvoir imputer la responsabilité au vendeur, il faut pouvoir prouver de façon certaine que le chien était bien porteur du virus au moment de la vente (antériorité du vice à la vente).

 

Il faut donc respecter les délais d'action qui est en rédhibition de 30 jours si un certificat de suspicion a été établis par un vétérinaire dans les 8 jours francs après livraison du chien. Si l'animal meurt, ce délai est reporté à 15 jours à compter de la mort.

La parvovirose canine :

C'est une maladie très contagieuse qui est rapidement mortelle chez le chiot. Elle est due à un virus très résistant dans le milieu extérieur. Elle se manifeste le plus souvent par des gastro-entérites hémorragiques sévères (diarrhées très importantes, contenant parfois du sang).

En vice rédhibitoire ; le délai d'action en rédhibition est de 30 jours (ou de 15 jours après la mort), si un certificat de suspicion a été établis par un vétérinaire dans les 5 jours francs après l'achat du chien.

L'hépatite de Rubarth :

C'est une maladie potentiellement grave et indétectable chez un chiot en période d'incubation. Le virus de l'hépatite canine provoque surtout de la fièvre et une grave atteinte hépatique ; il existe plusieurs formes de la maladie qui se manifestent par de la diarrhée, un abattement important, des douleurs abdominales, ... Il existe des formes graves directement mortelles ou des formes chroniques qui entraînent une destruction progressive du foie.

En vice rédhibitoire ; le délai d'action en rédhibition est de 30 jours (ou 15 jours après la mort) si un certificat de suspicion a été établis par un vétérinaire dans les 6 jours francs après l'acquisition du chiot.

La rage:

Cette maladie fait l'objet de surveillance sanitaire très stricte, car elle est mortelle pour les animaux et pour l'homme. C'est une maladie virulente, transmissible de certains animaux à l'homme ; la transmission se fait par morsure, la salive des animaux atteints contenant en abondance le virus rabique. La rage présente une période d'incubation, dont la duré est très variable (chez le chien, en général de 15 à 60 jours, parfois plus.

C'est pendant cette incubation que l'on peut empêcher la maladie de se déclarer, par la méthode pasteurienne), puis les symptômes clinique apparaissent et sont caractérisés par des phénomènes nerveux, d'excitation (hydrophobie, agitation, fureur), puis de la paralysie, avec écoulement abondant de salive et enfin la mort survient.


La vaccination contre la rage est obligatoire pour tous les animaux vivant en zone déclarée infectée et pour tous les animaux séjournant en centre de vacances ou de passage dans cette zone (exposition par exemple).

La leptospirose :

Les leptospires sont des bactéries véhiculées par l'urine des rongeurs et qui provoquent chez le chien une atteinte hépatique et rénale très souvent mortelle.

 

Le diagnostic est obtenu, en outre, par la constatation de l'existence du parasite dans les urines. Il résiste à la chaleur, au froid et aux acides. Son réservoir de virus est le rat, dont les déjections sont une source de contamination.

 

Celle-ci peut aussi se faire par l'eau ; évitez donc de laissez votre chien boire dans les mares, bains de rivière, ... et de renifler les déjections d'autres animaux.

La piroplasmose :

C'est une maladie due à un parasite du sang, le piroplasme, transmis par les tiques. Cette maladie est très largement répandue et atteint presque tout les départements en France.

 

Les symptômes les plus souvent rencontrés sont la fatigue, une forte fièvre et l'émission d'urine foncée. Si l'animal n'est pas traité, la maladie est souvent responsable d'une atteinte rénale et hépatique qui entraîne la mort en quelques jours.

La prévention de cette maladie est souvent associée à la vaccination et les antiparasitaires externes. Pour limiter les morsures de tiques, évitez, lors de fortes chaleurs, de promener votre chien en forêt ou dans les herbes hautes où ils sont les plus fréquent.

 

Pour retirer un tique, ne l'endormez jamais à l'éther ou ne tirez pas dessus, car c'est dans ces conditions qu'il régurgite et renvois son poison.

 

Pour les mêmes raisons, n'attendez pas non plus qu'il tombe de lui-même (tous les tiques ne sont pas forcément porteur de ce parasite) ; utilisez un "pied de biche" vendu chez votre vétérinaire qui vous expliquera comment l'utiliser.

La borréliose:

Cette affection est provoquée par le même agent que la maladie de Lyme humaine et est transmise par la même espèce de tique. Les symptômes sont au début peu caractéristiques avec fièvre, perte d'appétit, trouble locomoteurs, mais ils peuvent évoluer, si l'animal n'est pas traité, vers des troubles articulaires, cardiaques ou nerveux. Le traitement fait appel à des antibiotiques d'autant plus efficaces qu'ils sont administrés tôt.

La toux de chenil:

La toux de chenil concerne essentiellement les chiens en contact avec une collectivité canine ; chenil, pension, élevage, exposition, club d'entraînement, ... A l'origine de cette maladie, il existe plusieurs germes (bactérie et virus) qui provoquent toux plus ou moins grave selon l'âge et l'état de santé du chien.

LE FROID ET LES CHIENS

Publié le 19/09/2011 à 23:03 par hestia3
LE FROID ET LES CHIENS




NOTRE CHIEN EST-IL SENSIBLE AU FROID ?


Le chien est plus ou moins sensible au froid. Tout dépend de son âge, de sa manière de vivre et de son état de santé.

A la naissance, un chiot n’a pas son système de régulation thermique encore en place. Il se réchauffe grâce à la chaleur de sa mère ou à un système artificiel (lampe à infrarouges, plaque chauffante…).
En devenant adulte, tout rentre dans l’ordre, et ils deviennent même pour la plupart, extrêmement résistants au froid ; par exemple les chiens de chasse n’hésitent pas à plonger dans des lacs gelés pour ramener le gibier, ou bien les chiens nordiques habitués à supportés des températures extrêmes lors des randonnées.

Et bien d’accord ! Mais pour notre chien de canapé, qu’en est-il ?

Bien nourri et faisant de l’exercice, notre chien familial supporte les hivers rigoureux sans manteau à condition bien sûr qu’il ne soit pas mouillé, qu’il ne reste pas immobile, et qu’il ne vive pas dans un appartement surchauffé.

Le chien âgé, avec un système nerveux vieillissant, un foie fatigué et un exercice musculaire réduite, a son système régulateur perturbé. Il est plus frileux. Il est donc conseillé de le protéger avec un manteau des premières gelées.



L’état de santé de votre chien a un impact sur sa résistance au froid. Les insuffisances hépatiques rendent l’animal plus sensible au froid. Le foie joue un rôle important dans sa régulation thermique.
Pour les chiens très fragiles des reins et des intestins, le froid de l’hiver peut entraîner des gastro-entérites et des problèmes urinaires.

Pour les chiens ayant des problèmes respiratoires, le froid peut générer des trachéites et provoquer chez l’animal de fortes quintes de toux.



Les gerçures des pattes, contrairement à ce que l’on peut penser, ne sont pas très fréquentes, elles sont dues essentiellement au sel répandu sur les routes pour faire fondre la neige.
Mais rien n’empêche de mettre une protection sur les pattes de votre animal : soit des bottines en néoprène, soit une protection par fart qui protège et évite les glissades.
Si vous partez à la neige avec votre chien, des conjonctivites sont possibles lorsqu’il y a une forte réverbération du soleil sur la neige.

Comme nous, nos amis, même avec leur fourrure, sont plus ou moins sensibles au froid. Rien ne vous empêche de les couvrir pour les protéger du froid et de l’humidité. Il sera même à la mode et pourra faire sensation dans tous vos déplacements.

LA PERITONITE INFECTIEUSE

Publié le 19/09/2011 à 23:00 par hestia3
LA PERITONITE INFECTIEUSE FELINE





C'est une maladie virale qui atteint surtout les jeunes chats (moins de 2 ans) vivant en collectivité.

Différents organes peuvent être atteints: thorax, abdomen, cerveau, yeux…

La péritonite infectieuse féline (PIF) est une maladie très grave.
C'est l'une des premières causes de mortalité chez les jeunes chats.

Les symptômes

La PIF peut présenter deux formes principales :

* la forme humide avec formation d'épanchements liquidiens: les cavités naturelles de l'organisme du chat se remplissent d'un liquide produit par ses propres cellules du système de défense immunitaire.

Ce liquide qui peut remplir l'abdomen, le thorax, ou les deux organes est une gêne dans leur fonctionnement :

- gène respiratoire si le liquide est présent dans le thorax,
- problèmes digestifs si le liquide se situe dans l'abdomen.

* la forme sèche qui peut atteindre n'importe quel organe (souvent plusieurs en même temps). Il y a alors défaillance des organes atteints. Pour le foie on notera par exemple une jaunisse, des troubles digestifs...

Comment se transmet le virus ?

La péritonite infectieuse féline se transmet par contact étroit entre chats.
Les selles sont la première source d'infection.

Une transmission "in utero" (de la mère au chaton) est possible mais pas encore prouvée.

Le chat peut également être infecté par le milieu dans lequel il vit (sol,vêtements,etc...).

Les chats les plus souvent atteints sont jeunes et vivent en groupe.

La PIF ne se transmet que de félin à félin. Elle n'est pas transmissible à l'homme et aux autres animaux.

Quelle est la prévention ?

Il n'existe aucun vaccin disponible en France.

Il existe un test de dépistage du passage d'un virus de la famille des Coronavirus (virus de la PIF et virus d'autres affections bénignes).

Ce test ne peut pas faire la différence entre ces virus.

Si votre chat est négatif, vous aurez l'assurance qu'il n'a jamais été en contact avec le virus de la PIF, ni aucun autre coronavirus.

Mais s'il est positif, vous ne pourrez pas être sûr qu'il soit porteur de la PIF, ni qu'il ait été atteint par une affection bénigne due à un virus de cette famille.

Quels sont les traitements disponibles ?

L'utilisation à forte dose de corticoïdes est pratiquée.
Le traitement n'est seulement que palliatif. La PIF est en effet mortelle chez 100% des chats malades.

Il existe quelques espoirs de traitements futurs grâce à de nouveaux médicaments.

 

LE CANCER CHEZ LES ANIMAUX

Publié le 19/09/2011 à 22:54 par hestia3

LE CANCER CHEZ LES ANIMAUX

 

 

De nombreuses espèces animales, sauvages ou domestiques, présentent des tumeurs malignes spontanées. Les animaux domestiques présentent moins de cancers que l’homme si l’on tient compte de leurs durées de vie respectives.

Les espèces qui y sont le plus exposées sont par ordre décroissant les chiens, les chevaux, les chats et le bétail (bovins).

On ne connaît pas de tumeur animale transmissible à l’homme, à l’inverse de ce qui s’observe avec les infections. Des observations récentes suggèrent cependant que les personnes vivant au contact d’oiseaux seraient plus exposées que d’autres au cancer des bronches.

D’autres tumeurs sont provoquées par des procédés expérimentaux. Ils ont été surtout appliqués chez les rongeurs – souris, rats, cobayes, hamsters, lapins – pour élucider l’origine des cancers et les facteurs, externes ou internes, qui les favorisent. Ces tumeurs expérimentales servent aussi à tester les médicaments anticancéreux.

Parmi les facteurs externes favorisant les cancers, on trouve d’abord les virus. Leur rôle a été pour la première fois suggéré par Ellerman et Bang puis démontré par Rous chez la poule.

 

Il a été ensuite étendu à d’autres espèces animales et pour divers cancers, principalement des leucémies que, chez l’animal, on appelle plutôt leucoses, ou des cancers du poumon chez le mouton.

Les rayonnements ionisants sont à l’origine de tumeurs localisées dans le territoire irradié ou de leucémies après irradiation corporelle totale (radioleucémies).

De nombreux produits chimiques ont été testés : plusieurs induisent des tumeurs au lieu de leur application elle est suffisamment répétée, plusieurs fois par semaine pendant des mois.

 

Le rôle de l’alimentation est plus difficile à mettre en évidence mais certains produits comme le jaune de beurre, colorant depuis longtemps abandonné, favorisent l’apparition de cancers du tube digestif ou du foie.

Parmi les facteurs internes, le terrain génétique joue un rôle prépondérant. Un même facteur externe ne donne pas les mêmes résultats selon l’animal chez qui il est appliqué.

 

Parmi les nombreuses races de souris, sauvages (naturelles) ou « artificielles », les tumeurs spontanées ou provoquées varient et la fréquence d’une même tumeur diffère d’une lignée de souris à une autre.

Le rôle du terrain génétique apparaît aussi quand on tente des greffes de cellules ou de tissus tumoraux à partir d’un animal chez un autre animal. Ces greffes révèlent des réactions immunitaires entre espèces différentes : un animal receveur rejette plus ou moins vivement une greffe venant d’une autre espèce.

Enfin des influences hormonales, particulièrement nettes pour les tumeurs mammaires chez la souris, s’observent également pour d’autres cancers comme les leucémies.

Observations spontanées et expérimentations montrent que plusieurs facteurs sont intriqués à l’origine de nombreuses tumeurs.

 

Par exemple, la tumeur mammaire de Bittner chez la souris est induite par un virus transmis par le lait, mais seulement dans certaines races (en particulier la lignée dite C3H), et surtout chez les femelles plusieurs fois gestantes (facteur hormonal).

 

Chez les batraciens, la tumeur de Lucké est un cancer du rein, dû à un virus, qui apparaît et évolue en fonction de la température extérieure et des saisons.

Les tumeurs animales permettent de faire progresser le traitement des cancers. Depuis les premières études de Regaud et de Bergonié, les bases biologiques de la radiothérapie ont été établies en irradiant dans différentes conditions (doses, répétitions) des tissus animaux pour observer les effets immédiats ou retardés.

Avant d’être essayés dans la chimiothérapie des cancers chez l’homme, les nouveaux médicaments anticancéreux sont testés sur des tumeurs animales comme la leucémie murine L1210, la tumeur d’Ehrlich ou le sarcome de Walker.

L’hormonothérapie des cancers de la prostate par œstrogènes a d’abord été mise au point chez le chien par Huggins qui reçut pour cela le prix Nobel. On peut greffer des tumeurs humaines chez des animaux tolérant de telles greffes, comme les souris nude (dépourvues de poils) dont le système immunitaire est déficient, et observer l’effet de médicaments administrés à l’animal sur la tumeur transplantée.

Ces observations animales ont rendu des services irremplaçables dans la connaissance des cancers, de leur origine et de leurs caractères biologiques. Elles ont permis de mieux les traiter, chez des animaux domestiques et chez l’homme.

Bon nombre de ces expérimentations ne sont plus nécessaires ou sont remplacées par des observations sur cultures de tissus.

 

Toutefois l’expérimentation animale reste indispensable si l’on souhaite acquérir des connaissances suffisantes avant d’employer de nouveaux traitements dans l’espèce humaine, avec le maximum de sécurité et le minimum de risques pour les malades.

Les cancers humains ont donné lieu à des comparaisons avec le comportement de certains animaux, principalement le crabe et le loup.

Les Animaux-Cétacés

Publié le 16/09/2011 à 23:26 par hestia3

Les Animaux – Cétacés

 


Une très grande leçon se prépare pour les Hommes.


Les animaux s’élèvent.


Ils feront comprendre aux Humains de quelque manière que ce soit, toutes les erreurs commises et portées à l’encontre de la faune et de la flore.

Il est crucial de noter la sélection s’opérant au sein des animaux.
Une sélection ne faisant aucunement référence aux massacres perpétrés par la main de l’humain…


La possibilité pour les personne de s’ouvrir à la communication en partenariat avec le règne Animal se développera bien davantage, s’axant et s’appuyant sur la célèbre phrase du Christ.


” Heureux les simples d’esprit “.


La simplicité recèle ici un sens métaphorique.


Simplicité du langage Coeur à Coeur, Conscience, Unité, Lumière et Amour Divin.


C’est ainsi que la porte s’ouvrira, si bien dans le sens contraire à la manière d’une fermeture hermétique à ceux n’ayant seulement poser de prix, de valeurs marchandes, et apposer leur être sur des Pilier de l’Ephémère.


Ces Hommes là s’écrouleront, leur conscience endormie également.


Certaines espèces montreront le Chemin aux Hommes, tandis que le langage des animaux sera de plus en plus important.


Ce Chemin montrera l’évolution de l’homme et de la Terre, qui aurait dû avoir lieu, mais ralentie par l’Historique des nombreuses fautes Humaines.


Les Animaux sauront reconnaitre les Élus et ont une grande tâche à accomplir.


Celle de montrer la lumière à l’homme. C’est une mission importante où il ne faudra pas déçevoir le Seigneur.

 

C’est Lui qui les envoie vers Nous pour cet ultime essai.


Ceux qui passeront à côté seront exclus du Royaume de la Lumière.


Les espèces comme les Cétacés permettront aux Hommes de nombreuses découvertes, très loin de sa connaissance actuelle et une préférence énergétique s’établira envers certaines personnes.

 

Les Cétacés ont un langage que ces Élus découvriront, et feront par là-même avancer l’Humanité.


Des groupes d’Humains se spécialiseront dans certaines espèces Animales.

Ce temps, minutieusement utilisé et reparti envers chacune de ces spécialisations Animales, permettra l’Union de ces groupes d’humains. Il est ici une contribution significative, à la naissance d’une pierre apportée a l’edifice mondial.


Les cétacés auront leur rôle, les animaux domestiques aussi, ainsi que certaines espèce de singes.


Certains oiseaux réussiront à être compris. L’Humain fera un grand pas en avant le jour de l’œuvre.

Les personne capables de cela se compteront parmi toutes les sortes de population, il n’y aura aucune classe sociale, aucun rang sectaire, seulement spirituel.


L’évolution de la Planète se fait par l’évolution des Espèces.
L’Homme en fait parti, les Animaux aussi.


C’est important, les Animaux sont nos guides, personne ne l’a compris jusque là.


Nous le répétons, les Cétacés tiendront un rôle très important.

 

Source : Univers Céleste

CHEVAUX CAMARGUAIS

Publié le 14/09/2011 à 22:23 par hestia3

NEPAL : Les Léopards des Neiges ...

Publié le 12/09/2011 à 21:57 par hestia3
Népal
Les léopards des neiges menacés par la chasse !

 

 

Septembre 2011. Le gouvernement népalais est sur le point de livrer la réserve naturelle de Kanchenjunga aux chasseurs internationaux. Pour donner une chance aux léopards des neiges de ne pas disparaître à jamais, One Voice appelle à signer la pétition préparée par l’Animal Welfare Network Nepal (AWNN).

 


L’heure est grave. La situation des léopards des neiges, l’une des espèces les plus menacées au monde, risque de s’aggraver si le gouvernement népalais ouvre, comme il le prévoit, la réserve de Kanchenjunga (dans l’Himalaya) à la chasse. Si les léopards ne sont pas directement visés par cette décision, l’autorisation de chasser les moutons bleus sauvages, proies naturelles du léopard, aura immanquablement des répercussions sur les ressources alimentaires disponibles et donc sur la viabilité des félins dans cette région himalayenne.

 


Préserver la biodiversité

 

La réserve naturelle de Kanchenjunga est aujourd’hui l’une des 200 éco-régions de la planète et la seule du Népal. Zone protégée, elle est un havre de paix pour toutes les espèces animales et un berceau de la biodiversité. Le Népal est l’un des douze pays qui comptent encore dans ses montagnes quelques uns des 5 000 léopards encore vivants à l’état sauvage sur la planète.

Pression sur le gouvernement népalais

 

L’association AWNN (http://awnnepal.blogspot.com/), avec laquelle One Voice mène régulièrement des actions pour la protection des animaux en Asie, a lancé une vaste campagne destinée à faire pression sur le gouvernement népalais.

 

Parallèlement aux manifestations organisées sur place, une pétition d’envergure internationale est lancée. Outre la mise en avant du risque écologique que fait courir une telle décision, la pétition promeut l’éco-tourisme comme facteur de développement économique de la région.

 

L’expérience a déjà montré que les revenus de la chasse ne profitent ni aux populations locales ni à la vie sauvage. Elle rappelle également qu’aucune aide ne sera débloquée par la communauté internationale pour transformer la réserve en terrain de chasse.

 


Territoire sacré

 

En soutien au combat de AWNN, et fidèle à sa propre lutte pour la fin de la chasse, One Voice invite tous ses sympathisants et tous les amoureux de la nature à signer cette pétition enjoignant le gouvernement népalais à ne pas sacrifier ce territoire « sacré » au nom d’un profit improbable.

Fondation Brigite Bardot : Expérimentation Animale

Publié le 12/09/2011 à 21:21 par hestia3

 

Sujet : Expérimentation animale - Liège

 

mail

A vos agendas !

Expérimentation animale :
Mobilisation à Liège (Belgique)
devant l’Université

La Coalition Anti Vivisection organise, le 17 septembre 2011, un rassemblement devant l’Université de Liège, plus gros utilisateur d’animaux de Wallonie. L’Université de Liège utilise en effet, chaque année, de nombreux chiens, chats et autres animaux pour des expériences aussi cruelles qu’inutiles.

Toutes les infos sur ce rassemblement.
Evènement facebook (infos, covoiturage).

 


Nos amis Belges sont toujours très nombreux aux rassemblements que nous organisons pour dénoncer l’exploitation animale, à notre tour de les soutenir… Tous les renseignements sur le car mis en place pour cette manifestation ICI.

Retrouvez l'article sur notre site ici

Fondation Brigitte Bardot
28, rue Vineuse 75116 Paris
Tél. : 01 45 05 14 60 Fax : 01 45 05 14 80
www.fondationbrigittebardot.fr


DERNIERS ARTICLES :
BIENVENUE
  LE BLOG "LES ANIMAUX ET NOUS" VOUS SOUHAITE LA BIENVENUE     Ce blog est consacré à tous les animaux de la nature, aux animaux "domestiques",  à leurs maîtres et ami
LE CHIEN QUI JOUE DU PIANO ET CHANTE

Actualités de la Fondation Brigitte Bardoot
body,html { overflow-y: hidden; overflow-x: hidden;}
Interview de Brigitte Bardot le 21 02 2011
Interview de Brigitte Bardot le 21 02 2011
L'OISEAU ET LE CHIEN